Nocino (prononcer Nôtchi-no), Liqueur de Brou de Noix

Parce que j’ai le surnom de ‘Streghetta’ (petite sorcière), gentiment attribué par ma maman à l’âge où je refusais de me faire coiffer,  et que ma formation de pharmacienne m’a instruite à la préparation de toutes sortes de potions, je vous dévoile ici la recette toute simple et délicieuse du Nocino, liqueur digestive hivernale, antiparasitaire & antibactérienne.

Le Noyer a toujours maintenu un halo de légende -lié à la présence de sorcières et enchantements- transmis avec la préparation de cette liqueur…

Selon la tradition, les noix étaient récoltées la nuit de la Saint Jean -24 juin- par la femme la plus experte dans la préparation, qui grimpait alors pieds nus-sur l’arbre. (écouter: La robe & l’échelle, F.Cabrel). Elle cueillait uniquement les meilleures noix, avec ses mains (l’utilisation d’outils en fer aurait altéré la propriété officinale des fruits) et sans en abîmer l’écorce. Laissées à la rosée toute la nuit, elles étaient infusées dans l’alcool le jour suivant. La préparation terminait la nuit de la Toussaint, le 31 octobre.

A nos latitudes, cette année 2016, les noix étaient prêtes à être cueillies à la mi-juillet…et la préparation, donc mûre juste avant les fêtes, est joyeusement entrée dans mon « Colis de Noël » avec le Confit d’Oignons de Tropea pour accompagner fromages/foie-gras.

Composant de cette Liqueur digestive à consommer avec parcimonie en fin de repas, l’extrait de Brou Vert de Noix Noire est également utilisé dans la cure anti-parassitaire et vermifuge du Dr Hulda Clark.

Liqueur de Noiximg_0101

  • 19 noix fraîches avec leur brou vert, coupées en quartiers
  • 4 clous de girofle
  • 4cm (2g) de cannelle, en bâton
  • écorce de 1/2 citron bio, uniquement la partie jaune
  • 1L Alcool éthylique à 95°
  • 200 ml d’eau
  • 500g de sucre

Mettez des gants en latex car les noix tâchent fâcheusement la peau!

Coupez les noix, qui doivent être le plus possible exemptes de coups et taches, en quartiers et mettez-mes dans un grand bocal.

Ajoutez les clous de girofle, la cannelle, l’écorce (uniquement) de citron et l’alcool.

Laissez macérer 40 jours, à la lumière -mieux, au Soleil- en secouant le bocal tous les 2-3 jours.

 

Ensuite, filtrez et retirez les éléments solides. Préparez un sirop avec le sucre et l’eau. Laissez impérativement refroidir le sirop avant de l’ajouter à votre liquide filtré.

Fermez votre bocal et entreposez dans un endroit froid et à l’abri de la lumière pendant 3 mois. Et juste avant les fêtes, mettez dans de jolis flacons, à offrir…ou pas!

Forest to Plate, cueillette sauvage très éduquée

Les algorithmes de FaceBook ont du bon, en tout cas celui-ci à eu la géniale idée de m’afficher vendredi un post déclarant que, suite à désistements, il y avait encore des places libres pour la sortie Forest-to-Plate de ce dimanche.

Un après-midi de Cueillette Sauvage à Meise (30′ de Bruxelles, hors embouteillages) suivi par la préparation et dégustation du repas commun.  Une des dernières d’ailleurs, car les températures dégringolantes et le brouillard champêtre auront vite raison non seulement des plantes à cueillette, mais aussi de vos petites menottes et « bouts » variés style oreilles ou nez.

Ni une ni deux, me voilà à 13h pétantes avec une trentaine abondante d’autres marcheurs-cueilleurs guidés par Ben Brumagne, qui s’est fait -il y a quelques temps- à vélo le trajet Bruxelles-Mumbai à la recherche de plantes comestibles.

La première étape se fait sous un arbre de Chêne.

Ben nous explique les règles de base de la cueillette sauvage: j’ai retenu surtout l’essentiel, étant la règle #1 – Tu connais pas, tu manges pas. Continuer la lecture de Forest to Plate, cueillette sauvage très éduquée