Une tasse d’Asie: Lemongrass & Cannelle

Certains ramènent de leurs voyages des magnets, un T-shirt du HardRockCafé local, une conquête, des boules dans lesquelles il neige sur le monument du jour…Moi je ramène des recettes qui ont émerveillé mes papilles: ça à l’avantage de pouvoir être partagé, pour vous faire savourer un petit peu la magie du voyage, sans bouger de votre cuisine.

Celle-ci à été une vraie découverte…on en est tous devenus addict au point que j’en fais désormais 3 litres à la fois et elle se boit avec le même plaisir en version froide ou chaude.

Madameciao-cannelle-citronnelle-the

Atterrie sous la « contrainte » à Phuket -moi qui déteste les endroits Torremolinostyle- car le mont Augung balinais avait décidé de cracher le morceau, j’ai été accueillie à l’Hostel Baan Kamala par un grand verre très frais de ce « Lemongrass tea », comme ils l’appellent.

Ce breuvage servi en ice-tea, au parfum frais et chaleureusement épicé à la fois et à la couleur de Rhum7ans, m’a fait oublier en un clin d’œil le sac à dos désormais plein à ras-bord et la traversée de Patong avec ses Happy-ending-massages qui ne sont clairement pas ma tasse de thé!

Le temps du check-in…j’en ai descendu cul sec deux verres d’affilé et ensuite j’ai pris l’habitude d’en redemander un shoot à chaque passage en face de la Réception…quitte à sortir faire le tour du pâté juste pour avoir l’excuse 😉

L’hôte étant Sud-Coréen j’hésite à identifier les racines (Thaïlande ou Corée ?) de cette décoction-infusion de tiges de citronnelle et de cannelle qui semble être une variante améliorée du Nahm Takrai thaï (thé à la citronnelle simple).

Par contre, avant de repartir pour le bon vieux plat pays (celui de Brel, une fois), je me suis faite expliquer dans les détails la recette que j’ai testé illico presto pour soigner mon mal d’Asie.

Et oui, parce-que en plus d’être délicieux, ce thé est bon pour votre corps!

On m’a vanté un effet amincissant (qui reste être éprouvé…), par contre la cannelle est bien connue pour son effet régularisant la réponse glycémique (donc l’absorption du sucre), améliore les nausées et la digestion, donne de l’énergie en cas de fatigue et selon une étude récente, réduit la progression de la maladie d’Alzheimer.

La citronnelle elle, est connue et utilisée en Asie pour sa multitude de propriétés: anti bactérienne/fongique/amèbe, boostant le système immunitaire contre les maux d’hiver (refroidissement, rhume, fièvre), antioxydantes et analgésiques (réduit la douleur). Elle améliore la digestion, les crampes abdominales, régule le transit intestinal, le cholestérol et la pression sanguine. À un effet calmant et aurait même des propriétés anticancéreuses qui sont en cours d’étude.

Et puis, surtout, ce thé est délicieux et grace à une longue infusion de la cannelle qui lui donne une saveur douce, en ce qui me ne nécessite aucun « sucre ».

Chaud en hiver, au goûter, après un repas copieux ou en version thé-glacé / ice-tea ou même à température ambiante….si vous aimez la saveur, vous allez devenir accro!

Attention quand même, si vous êtes enceinte, avez des ulcères ou si vous prenez des médicaments pour le diabète: demandez l’avis de votre médecin 😉

Recette

Pour 1,5 litres de thé:

  • 3 tiges de Lemongrass (en magasin asiatique pour de plus grandes quantités)
  • 1,5 bâtons de 5-7cm d’écorce de cannelle. Achetez des bâtons, pas de la poudre…car vous ne pourrez pas la filtrer ensuite.
  • 1,5 L d’eau filtrée ou de source, idéalement
  • Mortier

Versez l’eau froide dans votre casserole.

Dans un mortier, écrasez avec le pilon la citronnelle à cœur: cela permet aux arômes et huiles essentielles de se dégager.

Si vous n’avez pas de mortier, pratiquez des entailles au couteau, diagonalement à la tige en les espaçant de 1cm.

Mettez la citronnelle dans votre casserole d’eau froide que vous porterez doucement à ébullition, avec un couvercle. (Sniffez le bon parfum de temps en temps 😉 )

Entre-temps écrasez dans le mortier les bâtons de cannelle, pour les réduire en de gros morceaux…pas en poudre!.

Laissez frémir la citronnelle 15-20 minutes ou jusqu’à ce que le liquide passe de vert clair à une couleur cuivrée-brune claire. Vous avez fait une décoction=bouilli la plante.

Coupez le feu, ajoutez maintenant la cannelle concassée et laissez infuser.

Moi je laisse le tout refroidir (même une nuit entière) et puis je filtre: j’obtiens ainsi la saveur douce de la cannelle et peux donc me passer de sucre.

Mais si vous préférez une saveur de cannelle moins présente, vous pouvez filtrer le tout au bout de 15-20 minutes d’infusion.

Chez nous, vu le rythme auquel ca part, j’en fais par casseroles de 3 litres (donc double doses) que je met ensuite dans des bouteilles en verre qui peuvent aller au frigo…ou pas 😉

Pour lui, Matinal, je saute du lit à l’aube

6:45.

Ceux qui me connaissent savent que c’est une heure que MadameCiao ne décline qu’en P.M….le A.M. étant réservé à quelques rares occasions où ma nature lève-tard cède le pas à mon côté epicurieux, par exemple pour une descente à l’aube sur poudreuse japonaise ou pour une aube sacrée du haut d’un temple birman.

Aujourd’hui les astres de sont alignés sur Bruxelles: mon Tesorino, qui file à Anvers avant les bouchons, me sort des bras de mon amant Morphée ET on est Jeudi.

Oui, parce-que Matinal n’ouvre que de Jeudi à Dimanche. Et de 7 à 16.

(En tout cas, dixit son Instagram @m_a_t_i_n_a_l )

C’est depuis que Greg de CookandRoll m’a fait goûter son pain avec de la Dukkah que j’en rêve.

Alors, mobib à la main, j’enfile ma tenue de chasseur-urbain pour traverser la Ville et aller ‘gagner’ mon pain.

Les effluves de bon pain au levain me guident par le nez tel un cartoon de Disney, dès la Chaussée de Waterloo.

Rue Franz Merjay nr 6, juste une carte postale sur la porte vitrée.

Des souvenirs proustiens d’une fournée montagnarde très spéciale au feu de bois me réveillent les papilles et pas que.

Matinal est un de ces écorchés du fournil que j’aime: de ceux qui se rebellent à l’insipide masse blanche texture spontex levée à la chimie qui nous est fourguée comme ‘pain’ et qui nous donne mal au ventre (lire « intolérance » au gluten) tellement il est loin de ce qu’était le pain nourrissant de nos grands parents, aujourd’hui maquillé avec ses additifs, agents de fluidité (ah bon, vous ne saviez pas? Ils mettent des additifs dans la farine industrielle pour qu’elle soit facile à déverser des silos et qu’elle ne fasse pas de grumeaux) son taux de gluten augmenté pour faciliter une panification ultra rapide…pour n’en nommer que quelques uns.

Dans le rez-de-chaussée en style industriel, que l’essentiel.

Dans la deco comme dans les ingrédients de son pain.

Une planche sur tréteaux sert de comptoir et les trois variétés de pain du jour (boule à l’épeautre, baguette et aujourd’hui seigle) ont la part belle.

Tous les pains sont au levain: il en chouchoute 8 différents, déclinés en deux versions; liquide pour une mie plus aérée et solide pour plus de consistence.

Le tout levé 34-36 heures avant de passer dans le four juste derrière, dont le levier de ventilation qui rejette le parfum dehors est le plus puissant outil de marketing.

Par temps de speculoos, sa brise arrive jusqu’à MaCampagne et remplit ainsi la boulangerie.

Des farines de grains anciens essentiellement bio, de l’eau et du sel.

Pas d’artifices et rien à cacher.

Avec un autre client, on à même droit à un tour à l’étage où se trouvent les quelques machines qui aident à la panification et le frigo où reposent les levains. Seuls indices qu’on ne se trouve pas dans le grenier d’un boulanger d’un autre temps, tant on s’attendrait presque à voir tourner les pales du moulin par la fenêtre.

Tradition, amour des produits de qualité et juste le zeste de modernité qu’il faut.

Matinal ne moud pas encore sa propre farine, mais c’est dans les plans.

Comme l’arrivage, dans les prochains mois, de grains anciens de contrées et époques éloignées qui ont étés récupérés par quelques agriculteurs-archéologues et qui donneront vie à de nouveaux pains. Mais ça, ce sera pour la collection Printemps-Ete!

En attendant, je repars avec deux grands pains entiers à l’épeautre (12€ pc), un demi pain de seigle (6€) et une baguette croquante et alvéolée (2€)…qui perdra une oreille dès le pas de la porte franchi.

Avec ma cargaison, encore tiède du four, dans les bras, je rentre sautillante de joie d’avoir enfin retrouvé cette croûte craquante, cette mie brune et parfumée que je savoure et qui fait danser de joie mon boubou.

Merci Matinal!

Pour toi je veux bien sauter du lit à l’aube 🙂

Un tour dans les Pouilles, ça vous botte?

#Puglinesia [prononcer: pouljynésia] est un mot inventé par mon ami Francesco, habitant de cette région d’Italie, aussi appelée « Puglia » par les indigènes et rapidement identifiée cartographiquement comme le « talon » de la botte. Plus précisément, on parle ici de la région du Salento.

Contraction de Puglia et de Polynésie, cela vous donne une idée de la couleur et la transparence de la mer qui vient caresser ses côtes, tantôt rocheuses et crantées, tantôt sableuses étalées sur une courbe douce.

puglinesia_posto92_MadameCiao2017

Souvent protégées par une langue de nature riche d’une palette de pinèdes et dunes -hors des centres urbains- les lys sauvages en parfument l’air saumâtre.

Et si vous choisissez bien votre plage en fonction du vent (demandez à votre hôte, lui il sait), vous plongerez dans une mer si crystalline que vous verrez votre ombre sur le fond de sable blond et ridé.

Ceux qui y sont nés ont un lien visceral avec cette mer/mère qui les nourrit de moules (mais pas de frites, ici), d’oursins, de poulpes.. – et je vais m’arrêter là sinon je vais faire une liste des produits ichtyologiques de ces deux Mers qui la bordent: Ionienne & Adriatique.

De deux mois à 99+ ans, ils s’y baignent, de mars à novembre…Et ça, ça dit déjà tout!

Oui, oké, évitez quand même d’y aller la première quinzaine d’août lorsque toute l’Italie est en transumance estivale pour célébrer le Ferragosto – ou ‘Feriae Augusti’.

Le 15 août est, dans le Sud, plus important que Noël et il est alors presque impossible de trouver deux mètres carrés pour poser votre serviette, ne parlons pas de voir la mer à travers les files de parasols…

L’idéal étant d’y aller en juillet, ce qu’on a fait.  Ou fin septembre, après les orages de fin de canicule.

Ce que ce mot, Puglinesia, ne raconte pas, ce sont les saveurs intenses et vraies de sa nourriture, qui a poussé sur une terre brune et riche, dont les goûts ont été concentrées par un soleil ami de la vie. Continuer la lecture de Un tour dans les Pouilles, ça vous botte?

Risotto ‘la vie en rose’ – betterave & gorgonzola

Depuis quelques temps je vois la vie en rose!

Le dernier billet écrit au Japon… Puis, parfois, la vie va plus vite que l’on ne puisse la décrire et mes itinérances en Asie du sud-est m’ont emmené vers la Birmanie, le Cambodge et Bali.    Vivant chaque instant, présent.   Ensuite, retour sous le ciel Belge où un beau voyage du cœur a commencé…

Cette recette est elle aussi le fruit d’un voyage. D’un autre type celui-ci. Il s’agit plutôt d’un voyage entre générations, car il est né d’une conversation inattendue avec une jeune-fille italienne de 13 ans, Adele.

Faisant de moi une maman-poule-adoptive le temps d’un stage multisport-français, un soir à table elle me racontait comment, dans un restaurant avec ses parents, elle avait vu sur la carte ce plat qui lui paraissait très curieux. Continuer la lecture de Risotto ‘la vie en rose’ – betterave & gorgonzola

Asahidake. 70 degrés plus loin, Yangon.

Quand on est fous de neige…on en profite jusqu’à la dernière traînée de poudreuse.

Le dernier jour, après un petit déjeuner traditionnel au Ryokan Yukomanso, rien n’a réussi à nous dissuader de dévaler encore une fois les pentes du Mont Asahidake: ni les conditions météo disons, hemm, pas vraiment idéales avec un joli -22°C au thermomètre, ce qui avec le vent donnait une température ressentie de -40°C (!!), ni les gros flocons avec visibilité nulle, ni l’avion Asahikawa-Tokyo qui décollait à 19:30 le soir même.

Il faut dire que la présence de notre guide Daisuke Sasaki à fait toute la différence: il connaît chaque flanc de la montagne comme ses poches et à mon avis, serait capable de descendre les yeux fermés sans aucun souci.

C’est d’ailleurs plus ou moins ce que nous avons fait pour la première partie de la matinée car on avançait dans une purée de pois (de soja) à travers laquelle même le Arva ne serait pas trop passé.

Mais la satisfaction de monter, en défiant les éléments, pour ensuite descendre en flottant sur une couette de plumes givrée vaut toutes les fesses gelées du monde.

Heureusement qu’au bout de la journée était prévu le rituel Onsen qui nous a permis de nous réchauffer et nous rhabiller proprement pour nous envoler vers nos destinations respectives.

Yangon, Birmanie pour moi. L’atterrissage se fera, à quelques 70°C ressentis d’écart…

GoGo, oeuf de Goléand et Gondole à Iwate

C’est le soir de mon arrivée à Osaka, il y a quelques semaines de ça, que se tenait le traditionnel dinner-party du mercredi au très friendly Small Tree Hostel.

J’avais décidé de loger en mode back-packer (lit superposé dans dortoir mixte) et surtout je suis arrivée avec l’envie de bavarder un peu plus que les ‘konnichiwa’ et ‘arigato gozaimass’ qui constituaient ma communication quotidienne jusque là.

Débarquée du Shinkansen avec le solstice d’hiver, il fesait moche: il pleuvait et mon sac à dos me pesait, comme un peu la solitude, ce jour-ci.

C’est donc avec grande joie que j’ai accueilli l’invitation de Yuri, le petit bout de femme hyper concentrée d’énergie et de pétillant qui gère l’hostel (après avoir elle-même voyagé partout en sac à dos) à participer à ce qui est devenu une institution: le Dinner & Party du mercredi.

Ce soir c’était « Do it Yourself Sushi » et c’est avec tout le naturel du monde que je me suis retrouvée, sabre de Ninja-chef à la main, au poste de découpe ‘légumes et omelette’ dans la cuisine ouverte, pendant que thon, saumon & co étaient levés en filets par les experts locaux.

Entre-temps, la vapeur douce qui se dégageait du dashi (bouillon de bonite, sardine séchée et algue Kombu) annonçait une petite soupe miso maison réconfortante.

C’est ainsi que j’ai atterri dans le groupe assez hétéroclite de nationalités et d’âges formé non seulement des hôtes de l’auberge (japonaise, pour le coup) : Australo-Vietnamien, Sud-Américain, Lillois-Japonisé, Canadien, Coréenne, Allemand-étudiant à Tokyo, …mais également de toute une série de profils sympathiques dont le calligraphe Soyamax (artiste de l’image d’en-tête) qui orbitent régulièrement autour de cet endroit dont la chaleur va au-delà de la table « kotatsu » chauffante.

img_1235-1

Après un karaoke en groupe qui n’a jamais vu le jour (ni la nuit d’ailleurs) j’ai fait la connaissance de Hirofumi: nous nous somme trouvés dans l’empire du milieu linguistique.

Entre son anglais initial et mon japonais inexistant nous avons quand même réussi à parler bouffe et desserts.

Il faut savoir que les japonais ont la dent sucrée et que chaque région a sa spécialité traditionnelle de « wagashi »: en général des douceurs à base de mochi (pâte de farine de riz sucrée) farcies de crèmes à base de haricots (souvent rouges, appelés « an »), mais une énormité de variantes existent.

Ces confiseries sont également offertes lorsqu’on rend visite à quelqu’un: et donc dans chaque gare et sur chaque quai, des échoppes proposent aux voyageurs distraits qui l’auraient oublié les spécialités locales, joliment emballées dans plusieurs couches de papier. Car la présentation fait la moitié du cadeau!

Et il se trouve que la baby-face de manga avec qui j’ai discuté en a fait son métier et exporte dans le reste de l’ïle de Honshu les spécialités de sa région, la préfecture de Iwate.

C’est comme ça que quelques jours plus tard j’ai très fièrement reçu mon premier cadeau japonais: des Oeufs de Goéland!    ….Ou Kamome no Tamago, pour ceux qui pratiquent.

Au début extrêmement perplexe par l’appellation de la chose -ici on peut trouver de tout dans son assiette…je m’étais donc préparée, l’esprit explorateur, à des vrais œufs- je découvre avec joie qu’ils n’en ont que la forme.

Et que ces petits gâteaux ont en réalité un cœur à base de haricots blancs sucrés, entouré d’une couche de gâteau-biscuit, lui-même enrobé d’un glaçage blanc.
Extrêmement délicieux!

Les premiers 4 sur la boite de 9 se volatiliseront à une vitesse incroyable 😉

De fil en aiguille je découvre ensuite que la région de Iwate se trouve sur mon parcours en train pour remonter vers Hokkaido, rejoindre mes amis au ski.
Hors des sentiers battus par les touristes, cette région qui allie vie rurale et production de composants électroniques se trouve tout au nord, dans cette partie de l’île moins connue si ce n’est pour la tristement célèbre Fukushima (à 300km plus au sud).

Et c’est comme ça que je suis invitée à en découvrir la beauté par Hirofumi qui, en guide attentionné, me plongera au cœur de la culture de sa terre natale.

La visite commence par un délicieux petit-déjeuner à base de petites boules de mochi, accompagnées de sauces différentes, de droite à gauche et de haut en bas (pour voir si vous êtes attentifs, et …dans le même ordre qu’on lit le japonais): sésame noir appelé ‘goma’, fèves de edamame sucrées, crème de noix, crème de haricots rouges azuki. Avec un bon thé matcha bien mousseux et les immanquables ‘pickles’ qui donnent le fameux goût umami.

img_3216

Ensuite, un tour en ‘pole boat’ ou la version locale de la gondola vénitienne: dans une 50aine de centimètres d’eau, des larges barques à fond plat glissent doucement sur la rivière qui parcourt la Gorge de Geibikei, d’un vert d’émeraude troublé uniquement par les canards qui se bagarrent les ‘croquettes’ que nous leur lançons.

La barque, aménagée pour l’hiver avec une longue table kotatsu et une ‘serre’ qui protègent du froid et de l’air, est pilotée et poussée à force de bras par les gondoliers qui manient avec agilité une longue perche en bambou.

img_3141

Sur les côtés, les flancs raides des roches qu’on dirait sortis d’une estampe, prennent ci et là des semblances humaines.

Tout au bout de la gorge, une esplanade en gravier nous permet de continuer la remontée de la rivière de quelques dizaines de mètres encore.

img_3210

C’est là que nous pourrons choisir 10 ‘cailloux’ en terre cuite, estampillés avec différents symboles (chance, prospérité, santé, amour, etc) qu’il nous faudra tenter de lancer dans un creux sur la parois pour voir notre vœux se réaliser: après quelques misérables tentatives de « lancé » de ma part, qui atterrissent invariablement dans l’eau après des trajectoires improbables (j’ai beaucoup de qualités, mais clairement pas celle-là! 😉 ), je cède mes galets à Hirofumi qui, entrainé au base-ball obtient plus de points que moi….et les applaudissements des présents!

Nous repartons pour le parcours inverse, cette fois-ci accompagnés par un très ancient chant traditionnel aux sonorités particulières, que nous chantera le guide, en laissant glisser les notes avec les silences entre nos pensées, au fil de l’eau.

Un moment hors du temps.

 

C’est ensuite vers le Chuson-Ji Temple à Hiraizumi (Unesco World Heritage) que nous nous dirigeons: sur les traces du poète Matsuo Basho (grand maître du haiku) et lieu sacré du Konjiki-dō (金色堂) ou ‘Temple d’Or’….sous la première neige qui se pose dans un silence respectueux sur les toits de chaume des pagodes en hibernation.

img_3320

Mais avant de repartir, c’est à la chasse aux œufs que je vais aller: une boîte de Kamome no Tamago sous le bras à offrir à mes amis qui m’attendent à Sapporo, pour partager avec eux cette trouvaille savoureuse.

Et une photo-souvenir avec la mascotte de la région!

Thank you Hirofumi, I’ll be back soon 🙂

image

J’ai du bol à Hokkaido

Le réveil à sonné à 5:45 ce matin…et c’est pour une bonne raison.

Daisuke Sasaki, notre guide qui, nous le découvrons en cours de séjour, est un pro de renommée internationale aussi connu sous le nom de « The Flying Japanese » pour ses sauts de compèt’ en ski, est venu avec son mini-bus pour le ramassage ‘scolaire’.

Nous sommes à Hokkaido, l’ïle principale plus au nord de l’archipel du Japon où j’ai rejoint mes amis et le joli groupe multilingue fou de ski de randonnée qui est à l’origine de mon voyage en terre Nippone.

J’ai du bol!
Mon arrivée sur l’île à commencé par une journée à Kokusai, Sapporo où j’ai pu faire un ‘échauffement’ sur les pistes de Kokusai avec le snowboard gentiment prêté par l’épouse de Daisuke (elle aussi à son temps championne de half-pipe qui a construit elle même son board) pendant que les autres, avec deux jours supplémentaires dans les jambes, ont fait montées/descentes avec les peaux, un peu plus haut.

Et j’ai eu du bol aussi, car à midi, je suis tombée par hasard sur une marmite: c’est en remontant des yeux une longue file  -comme on en voit partout ici- et en voyant les skieurs repartir avec un bol en polystyrène fumant, baguettes à la main, que j’ai découvert qu’aujourd’hui il y avait une distribution gratuite de ramen.

Ni une ni deux, me voilà dans la file.

Il faut dire qu’il fait frisquet et un peu d’antigel ne fait pas de mal pour aller ensuite dévaler les pentes sur 1,5m de belle neige tassée, recouverte à son tour d’1m de poudreuse! C’est que les Jap’ ils maîtrisent l’excellence. Même leur neige est top!

Notre Daisuke nous a bien organisé ça: après la journée sportive, nous avons terminé par la partie relax: Onsen (Spa à la japonaise) avec bains extérieurs et diner sushi.

Mais pas n’importe comment les sushi: nous avons eu droit au Chef perso pour notre groupe.

Tous assis sur le traditionnel tatami, les jambes pas vraiment habituées à la seiza (position assise sur les talons, le dos des pieds face au sol) nous avons commencé par des sashimi: c’est comme cela que nous avons goûté de la -pas très politically correct- baleine, parmi d’autres poissons plus ‘classiques’.

Ensuite est arrivé le sushi-Master qui s’est installé à une table basse à côté de la notre.

Grande planche, couteau aiguisé comme un sabre qui pourrait couper un cheveu en quatre, plateau de filets de poissons et crustacés variés, riz vinaigré tiède dans la traditionnelle écuelle en bois, petit monticule de wasabi et livre de feuilles d’algues nori …pour nous préparer nos sushis à la demande.

Chaqu’un choisit son poisson et, le temps de dire ‘kampaï’, que d’un habile jeu de prestidigitateur….voilà les trois pièces de sushi en file harmonieuse sur l’assiette rectangulaire. Heureusement qu’il était plus rapide à les faire que nous à les manger 😉

Avec un petit saké, si besoin était, pour faire descendre cette belle journée.

 

 

Mais ça, c’était hier.

Revenons donc à nos moutons, ou mieux, à nos flocons.

Car si à Sapporo il y avait un bon mètre dans les rues, ce matin nous nous dirigeons vers Kamifurano pour une journée de randonnée.

4 heures de route, d’où le départ sous un ciel encore parsemé d’étoiles.

Oui oui, c’est les mêmes que chez nous, sauf qu’ici elles sont toutes en file et roulent à gauche (je rigole!)

Comme le dit le dicton Italien, « il mattino ha l’oro in bocca » (littéralement, le matin à l’or en bouche…autrement dit, le monde est à ceux qui se lèvent tôt).

Celui-ci nous a offert une journée magnifique a commencer des les premiers rayons de soleil qui se sont levés entre les branches des bouleaux bordés de bambous, qui tentent de garder la tige haute et ne pas (trop) se plier sous le poids du bon mètre de neige qui les recouvre.

Tout est blanc autour. Même la route.

Bien que déneigée du gros, une bonne croute de gel la recouvre. Mais nous, on n’a pas froid aux yeux: le van de Daisuke est équipé de pneus de neige dignes d’un ours polaire en caterpillar, et tient la route comme sur des rails du Shinkansen.

 

 

Et des rails, j’en suivrai une bonne partie de la matinée: tout le groupe étant en ski de randonnée, ils créeront la trace que je suivrai -raquettes aux pieds et snowboard sur le dos- pour monter presque jusqu’en haut du Mont Tokachi, un volcan en activité dont la dernière éruption date de 2004 (bon à savoir!) qui se trouve dans le Parc National du Daisetsuzan.

Il faut dire que ce n’est pas une mince affaire car en dessous, la neige, malgré le tassage des skis avant moi, s’affaisse sous la répartition inégale du poids sur les raquettes de neige, ce qui m’oblige à une belle session de ‘step’. Je teste la profondeur avec mes bâtons hors trace…heuuu, ils s’enfoncent complètement…je ne pousse pas plus loin, au risque de les voir engloutis par ces flots de poudreuse!

Et malgré les -15°C, après 10 minutes je suis prête à me déshabiller, tant ça chauffe!
Comme quoi les Italiennes, ça sait démarrer à froid aussi :-p

Le paysage est magnifique: nous avançons entre les sapins et les bouleaux (oui ici il y a ce type d’arbres) chargés de neige au début, pour arriver ensuite sur un océan de poudreuse scintillantes sous un ciel bleu porcelaine.


Et au bout, le chapeau du Mont Tokachi, fumant de soufre, qui vient chatouiller nos narines avec son charmant parfum d’œuf pourri au fur et à mesure qu’on monte.
On s’habitue vite à l’odeur.
Pas au paysage, éblouissant de beauté dans son immensité immaculée.

Et la récompense de descendre en flottant vaut toujours l’effort de la montée.


Ceci-dit, pour cette première expérience, je m’en tiendrai à un seul tour de manège en me disant que la prochaine, je la fais avec les skis!

Je laisse le groupe continuer à son rythme et descend vers le refuge Fukiage.

Je pose tout le matos dégoulinant de neige par terre et, juste au moment où je me dis que ce serait sympa de trouver une pièce chaude pour se changer…la petite dame derrière le comptoir me demande si j’ai besoin de louer une serviette pour le onsen.
Quoi, il y a un onsen ici?!? Dans cet endroit perdu où seulement les randonneurs fous de neige viennent?
Et bien oui, et le plus beau que j’ai vu jusqu’ici: en plus des traditionnels bains à eau thermale à différentes températures, ici il y a aussi des bains à bulles réalisés selon le modèle de la chaise longue LC4 de Le Corbusier. Si ce n’était qu’on risque de se noyer en d’endormissement, je me serais bien laissée aller à un petit somme…flottant.
Mais la cerise sur le gâteau, ou la serviette sur la tête si on veut, sont les bains extérieurs: formés par des rochers et entourés d’arbres qui semblent tartinés de pâte à marshmallow glacée, les ‘piscines’ d’eau à 42°C créent une vapeur irréelle au contact avec l’air gelé.

Le regard se pose sur la dentelle de sommets blancs au loin.


Chaque cellule se détend et ce ne seront que les doigts fripés comme lorsque j’avais 6 ans et je ne voulais pas sortir de la mer en Sardaigne à me forcer à sortir.

J’emporterai avec moi cette sensation de petit nuage qui couronne une journée parfaite. Et je suis reconnaissante d’avoir pu la vivre.